Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2011

Le cerveau, cette énigme ...

tseu-tranquille.jpg

 

Elle a l'air calme comme ça, ma bourrique (?) mais si vous saviez le nombre de nuits blanches que je lui dois ! Pire qu'un amant impétueux … 

Cette affectueuse petite chatte a pris l'habitude de me piquer des crises d'épilepsie en pleine nuit. C'est aussitôt le branle-bas de combat ! Faire attention qu'elle ne se cogne pas la tête dans un meuble (tout dépend de l'endroit où elle se trouve, bien sûr) attendre qu'elle se soit un peu calmée pour la nettoyer et faire de même autour d'elle.  En ce qui la concerne, un gant de toilette imbibé de vinaigre d'alcool fait l'affaire puis lui donner rapidement à manger car j'ai constaté que ce genre de séisme traversant le cerveau, ça creuse ! 

Je me console chaque fois de la mésaventure en me disant qu'il vaut mieux que cela lui arrive à elle, plutôt qu'à moi car les rôles inversés, elle ne pourrait me rendre même service. 

Ce mal existe depuis l'Antiquité (Jules César en était atteint nous dit-on) mais alors, comment se fait-il que l'on n'ait encore rien trouvé pour l'éradiquer ? 

Depuis le temps ! ...  En réalité, tout ce qui touche au cerveau reste en grande partie une énigme pour nous. C'est même à se demander si une sorte de superstition ne freine pas les recherches car enfin, nous n'avons pas beaucoup progressé en ce domaine ! Il faut croire que ça ne rapporte pas assez en un siècle où tout doit être rentable pour être jugé digne d'intérêt. C'est même ce qui permet aux apprentis-sorcier d'exercer leur coupable industrie. Vous voyez à qui je fais allusion ? …

Ces gens qui veulent nous expliquer nos motivations secrètes, nos agissements et autres " actes manqués. " Toutes les duperies sont envisageables en la circonstance et je me garderai bien d'entrer dans les détails … Comment se protéger de cela sinon en adoptant un amour immodéré pour le concret ? Car il y a ce qui existe et puis ce qui n'existe pas. Ce que l'on a décidé et ce que l'on a refusé : les élucubrations en quelque sorte, agissements de cerveau malade. On rencontre parfois des mégalomaniaques dont l'ambition fut plus grande que leurs possibilités. Combien dérisoires paraissent certains projets en regard de la durée de notre existence, de la faculté d'oubli de nos semblables ! Ce que ceux-là, précisément ne veulent pas admettre car il faut qu'on les distingue. 

Laissez moi rire ! … Ne se rendent-ils pas compte qu'avec ces projets fous ils passent à côté de la vraie vie, celle qui ne se nourrit pas d'esbroufes ? 

Les rêves de gloire, c'est bon quand on a 15 ans. Ensuite, l'obstination devient rapidement ridicule et rend irraisonnable. 

Cela dit, étant debout depuis 3 heures 30 (il en est deux de plus au moment où j'écris) moi aussi, j'ai une petite faim aussi vais-je me préparer un p'tit déj' à s'en lécher les babines car j'ai l'amour des réalités. Il sera toujours temps de repiquer un petit roupillon ensuite … 

Ce que je fis …

 

 

10:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.