Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2011

lendemain de fête

" Laissez-moi rire messieurs, laissez-moi rire ! " 

logo-U.P.jpg 

Eva Joly ferait (? ! ...) l'unanimité contre elle suite à sa déclaration concernant le défilé du 14 Juillet. Evidemment, puisque l'on ne donne jamais la parole qu'à ceux qui expriment ce que l'on veut entendre ... 

 

A t-on interviewé les mouvements pacifistes ? Certes non ! Et je ne pense  pas qu'ils aient accès à la manifestation officielle du 14 Juillet. On aurait vite fait de les repousser. 

 

Gaston Couté (1880-1911) toujours d’actualité...

 

 Allez, petits soldats de France

 Le jour des poir’s est arrivé

 Pour servir la Haute Finance

 Allez-vous-en là-bas crever

 Tandis qu’au cœur de la fournaise

 Vous tomb’rez une balle au front

 De nos combin’s nous causerons

 En fredonnant la Marseillaise ...

 

Et oui ! Il est inutile de comparer le budget militaire à celui de la culture, l'investigation n'est pas nécessaire.

 

Que le P.S. par le biais de dame Ségolène s'exprime à ce sujet d'une même voix que l'U.M.P. n'en étonnera aucun. N'est-ce pas elle qui préconisait les drapeaux aux fenêtres et les écoles encadrées militairement ? 

 

Bien sûr que Mr Laffineur, secrétaire d'état aux Anciens combattants ne pouvait que se déclarer " scandalisé et choqué " c'est logique, non ? 

Il ne milite pas au sein des antinucléaires que je sache ! 

 

Je ne parlerai même pas des déclarations d'Amène le Pire ... (cherchez l'anagramme) et le peuple français a prouvé en 1940 à quel point il était proche de son armée (à moins que ce soit l'inverse ? ...) 

 

Je fais partie de ceux qui le 14 Juillet restent à domicile puisque je ne peux déposer un bouquet de fleurs au pied de l'antique Bastille et que du reste, je laisse les commémorations aux nostalgiques du passé lesquels font ainsi preuve de leur non évolution. 

 

Inventons au lieu de commémorer ! 

 

N.B. Qui a pensé à demander combien a coûté ce 14 Juillet en un pays qui croule sous les dettes ? ... Mais non, il faut bien amuser le petit peuple, le temps d'une journée, d'autant que ne l'oublions pas tout de même, c'est lui - toujours lui - qui paiera la note.

13:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.