Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2011

Yasmina Khadra : Les hirondelles de Kaboul

Editions Julliard Paris, 2002
les-hirondelles.jpg
J'ai lu à diverses reprises que ce n'était pas le meilleur livre de Yasmina Khadra. Tant mieux étant donné que c'est le premier que j'aborde ... ma découverte ira donc crescendo puisque fidèle à ma technique d'autodidacte, je ne me contente jamais d'un seul ouvrage quand je décide de faire la connaissance d'un auteur.

Kaboul, ville dévastée, enfer sur terre ! Après le Liban, c'est désormais l'Afghanistan puisqu'il semble qu'il faille toujours qu'un pays paie une dette imaginaire. Il en est toujours ainsi lorsque les hommes se prennent pour des dieux.
Mais laissons la parole à l'auteur,

" Les terres afghanes ne sont que champs de bataille, arènes et cimetières.
Les prières s'émiettent dans la furie des mitrailles, les loups hurlent chaque soir à mort, et le vent, lorsqu'il se lève, livre la complainte des mendiants aux croassement des corbeaux. "
(extrait de la première page)

On peut comprendre évidemment, que certains n'aient pas eu envie d'aller plus loin. Car en réalité quand un pays est ravagé par la guerre et depuis si longtemps, nous sommes tous coupables d'avoir laissé faire.

Un peu plus loin, l'auteur confirmera,

" Les hommes sont devenus fous; ils ont tourné le dos au jour pour faire face à la nuit."

(fin de citations) 


Je suis arrivée à ce texte par le biais d'une adaptation théâtrale dont je n'ai pas parlé pour des raisons qui me sont personnelles. Par le biais de deux histoires d'amour ayant pour axe Zunaira, cette femme merveilleusement belle, cultivée et intelligente, le destin de deux hommes va irrémédiablement sombrer sur fond d'apocalypse. Ces deux épisodes prennent le relais avant que ce personnage qui n'a pourtant rien d'une femme fatale dans le sens diabolique du terme, ne disparaisse à tout jamais, comme un beau rêve s'envole.

Fidèle à mon habituelle éthique, je ne vous narrerai pas cette histoire par le détail. Que vous resterait-il à découvrir alors ? ... Ce livre (collection Pocket) est exactement celui que j'emporterais sur une plage afin de ne pas bronzer idiote et peut-être aussi avoir une pensée compatissante pour ceux qui restent pris dans la fournaise d'un pays qui n'a certes pas en dépit de tout ce que l'on raconte, mérité pareil sort.

Je pense prochainement lire puis commenter " L'attentat " du même auteur.

Par conséquent, à suivre ...

00:12 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.