Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2011

American translation (2010 : 1h.50)

Drame français de Pascal Arnold et Jean-Marc Barr avec Lizzie Brocheré, Pierre Perrier.

aff.american-translat.jpg

Le thème était prometteur, la réalisation est décevante. Je pourrais presque m'arrêter là car en une phrase, tout est dit. Ce serait un peu facile et nous allons quand même creuser un peu plus le sujet bien qu'il ne le mérite guère or je suis là pour cela. Par conséquent, allons-y !

Le résumé du synopsis me fit immédiatement penser à Roberto Zucco mais nous sommes loin du compte ...


Aurore est une jeune gourdasse friquée venue des Etats-Unis avec son père qui ne fait que passer, elle étant censée accomplir en France un séjour culturel. (sic)

Elle va croiser un jeune rebelle, coup de foudre immédiat et la donzelle va le suivre aussitôt. Ce sont des choses qui arrivent mais il y a toujours un moment où on commence à cogiter. (encore faut-il être équipé pour cela !) Le garçon est violent, inattendu et de ce fait, excitant en diable pour quelqu'un (e) installée dans le conformisme cossu.


Le véhicule dans lequel il enlève la belle n'a rien d'un blanc destrier et ressemblerait plutôt à une poubelle à roulettes mais il est bon pour une petite bourgeoise de s'encanailler ! Jusque-là, rien à redire et chacun prend son plaisir où il le trouve.

Où l'histoire commence à déraper en direction du glauque carrément sordide, c'est à partir du moment où l'on découvre que ce jeune détraqué non content d'être attiré par les garçons, les assassine afin de parvenir à l'orgasme. Et Aurore va assister à cela à diverses reprises, sans intervenir ou presque tout en considérant la scène d'un oeil de poisson mort.

Par ailleurs, la fin se devine très vite et la simplicité du scénario est consternante à force de non imagination. Quant à la moralité de l'histoire, cette dernière s'effectue dans une scène ultime de bêtise incroyable.
Sauve-qui-peut ! ...

S.@

american-translation.jpg

09:48 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.