Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2011

Information ?

TV-pujadas.jpg

C’est agaçant ces heures marquées partout sur les ondes radiophoniques, qui sacrifient au bulletin d’information, même s’il n’y a rien à dire !

Il en est de même de ces chaines réputées être d’information continue qui en fait sont des stations à papotages sur des riens, sans même le support de la tasse de thé et des biscuits pour les moins vulgaires, du coude sur le comptoir pour les plus triviales, où on voit, au bas de l’écran  un bandeau gênant défiler qui annonce tout et n’importe quoi ( mais en citant les sources, ce qui autorise à répéter sans fin la même prétendue nouvelle, puisqu’il faut changer la source, comme si la multiplicité de ces dernières garantissait l’authenticité du propos…)

Cette semaine a marqué un sommet dans la sottise du procédé, avec des envoyés spéciaux à New York pour pister , parce que le mot de chasse est juste en l’espèce, DSK, sa femme et ses avocats se rendant à l’audience pénale.

Les retransmissions préalables ont duré plusieurs heures, l’audience  sept minutes et la glose postérieure à nouveau plusieurs heures, justifiant  que le triste bateleur Pujadas consacrât à ce non événement un débordement de son émission de variétés approximatives qu’il croit être un journal télévisé.

Pauvreté de ce journal ! Misère de son contenu ! Mais prétention de son propos ! Rien sur l’international, de l’économique de gagnant de loterie, un zeste de social si possible crapoteux, de la petite polémique inintéressante au possible, partisane, le tout rebaptisé « page politique » qui fait la part belle à une petite phrase et qui prend soin de laisser les idées au vestiaire.

C’est creux, c’est mou, c’est vide A l’instar de ce que disait jadis Edgar Faure de l’examen du budget devant l’assemblée : «  une litanie, une liturgie, une léthargie » !

Je n’évoque que ce JT, n’ayant jamais supporté TF1 en quelque programme que ce soit et pitonnant avec allégresse sur les chaines d’info continue qui donnent au zappeur fou le loisir de croire qu’il est censé..

Si nous ne devions envisager l’actualité qu’au travers du prisme des informations radiophoniques et télévisées, nous serions de bien pauvres citoyens !

Pourtant les émissions prétendument d’information se multiplient, qui invitent toujours les mêmes lascars à jaboter derrière le micro, ce qui tend à établir qu’ils ne sont pas débordés par leur activité principale, ou qu’ils se chargent du SAV de leur employeur en venant ainsi jaspiner sur les ondes.

Nous n’avons pas en France, fors la presse écrite, de journalisme d’opinion, mais une presse d’opinion publique qui placerait les éditoriaux de « Jours de France » que signait  Marcel Dassault au rang de pensées philosophiques.

A voir et entendre toujours les mêmes spécialistes échanger, dans le brouhaha et la confusion, leurs petits raisonnements, on peut se dire que tout cela n’est que littérature et il serait bon de chercher dans cette dernière des réponses aux questions de notre temps que l’actualité, toujours trop immédiate, ne permet pas, in fine, de traiter.

Frédéric Arnoux ©

11:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.