Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2011

L' Aigle de la 9ème Légion de Kevin MacDonald. 2011 - Durée : 01h.51 -

Titre original : The Eagle -

Péplum britannique avec Channing Tatum, Jamie Bell, Denis O'Hare, plus ...

aff.Eagle.jpg


C’est certes un petit film de série B comme on dit, et peut être même faut il avancer davantage encore dans l’alphabet, mais il se regarde plaisamment.

C’est l’histoire, sous Hadrien ou peu après, d’un centurion qui veut racheter l’honneur de sa famille, son père ayant, en lointaine Bretagne, ( lisez l’Ecosse) perdu l’aigle de sa légion ;

Il lui faudra aller par delà le mur du même Hadrien aller au-delà de ce que l’on nommait alors le monde connu pour , comme de bien entendu, retrouver l’aigle, la reconquérir, et la rapporter à Rome, à des tribuns médusés.

L’argument est faible, mais constitue le prétexte à une histoire qui se laisse regarder comme on feuilletterait une bande dessinée, sans y porter plus d’attention, arrêté parfois par une image, une envolée de couleurs, un trait d’imagination surprenant.

Il en va ainsi de la population des Ecossais, avant qu’ils ne soient écossais, et qui paraissent être autant d’hommes primitifs et recouverts d’argile verte, ce qui démontre que non seulement ils avaient précocément le sens de la beuverie ( et nous sommes là dans la tradition du western où les Indiens s’enivrent de sorte que les héros prisonniers s’échappent…), mais qu’ils avaient découvert les secrets des soins de beauté…

C’est à la fois un peu ridicule et pas du tout gênant, de voir ces gaillards festoyer et guerroyer contre le Romain, ennemi juré, et un peu tourné en dérision. Nous sommes loin des péplums  laissant voir une Rome sûre d’elle et dominatrice.

Quelques belles scènes de bataille bien filmées donnent le rythme, et les effets spéciaux ne prennent pas toute la place au risque de transformer le film en jeu vidéo.

Channing Tatum, beau jeune homme un peu sombre compose un héros crédible, paré de toutes les vertus du fils cherchant à restaurer l’honneur du père, aux côtés de qui son esclave, qu’il a naturellement sauvé d’une mort injuste, interprété par Jamie Bell ( ex Billy Elliot) vient constituer le duo imposé propre au genre ( on se croirait dans les « Alix » de Jacques Martin…)

Un petit rôle au passage pour le toujours splendide Donald Sutherland qu’on aimerait revoir dans un grand rôle à sa démesure ;  le «  sauvage » est interprété par Tahar Rahim ( l’ex « Prophète » d’Audiard), qui parle un langage connu des seuls scénaristes, et qui prouve qu’il peut rendre crédible un personnage totalement sans envergure ni épaisseur .

Ce film n’aura eu qu’une brève carrière en salle, mais c’est fondé ; en revanche, ce peut être un sympathique cadeau à offrir à des enfants lors de la sortie en DVD.

C’est sans prétention, et on ne s’ennuie pas, enfin, pas trop.

Juste une précision : « Aigle » en l’espèce est du genre féminin , il aurait fallu le rappeler à ceux qui ont rédigé les sous titres…

Frédéric Arnoux ©




18:32 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.