Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2011

Je veux seulement que vous m'aimiez de Rainer W. Fassbinder

1976 - 1heure 50 - Drame allemand avec Vitus Zeplichal, Elke Aberle, Alexander Allerson, Emi Mangold.
dodo.jpg
Je croyais connaître tous les films de Rainer W.Fassbinder et bien non, il restait au moins celui-là, inédit, il est vrai suite à des problèmes juridiques entamés par les auteurs du livre dont le synopsis est tiré. Tourné en 76, nous pouvons enfin en bénéficier et ce n'est certes pas une oeuvre mineure. Du reste ce réalisateur était un génie et l'affirmer n'est pas sacrifier à la mode des superlatifs. L'histoire n'a pas pris une ride les acteurs sont confondants de simplicité et on en ressort hantés pour quelques temps. Le traitement du sujet est hautement psychanalytique et là, je ne ferai pas de rejet. Un jeune garçon vit dans une famille froide. La mère est un monstre d'implacabilité tandis que le père fait preuve d'une absence de caractère flagrante. C'est plus fréquent qu'on le croit !
La scène de la fessée au portemanteau parce que le gamin a volé des fleurs en dit long sur son devenir ... Une fois adulte et ponctuellement, nous le verrons avec un bouquet en mains puisque c'est sa façon d'exprimer sa tendresse et son désarroi également. Que ce soit du temps de son célibat ou une fois marié, il travaillera d'arrache-pied afin de prouver aux autres qu'il les aime et qu'ils peuvent compter sur lui. Pour cela, il ira jusqu'aux limites de l'épuisement. La femme qu'il s'est choisie ressemble à une gourdasse apathique mais il ira jusqu'à s'oublier pour elle et puis, un jour, l'alcool aidant, il pètera les plombs comme on dit et se retrouvera en prison pour dix ans. Une femme écrivain qui se pique de psychologie viendra alors l'interviewer et c'est ainsi que nous découvrirons l'histoire tant qu'il acceptera de parler, bien sûr. De l'excellent Fassbinder, une fois de plus mais tout à fait sans parti-pris, il n'en existe pas d'autre.
Cet homme fut une comète qui traversa trop rapidement hélas, le ciel du cinéma allemand.

S.@

jeveuxseulement.jpg

Carlotta Films

Les commentaires sont fermés.