Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2010

Tribulations d'une amoureuse sous Staline.

Film polonais de Borys Lankosz, avec Agata Buzek, Krystyna Janda, Anna Polony, Marcin Dorocinski, Adam Woronowicz, Bronislaw Wroclawski.

aff.tribulations.jpg

En ce 25 novembre, fête de la Ste Catherine, l'héroïne du film aurait logiquement dû coiffer un horrible chapeau jaune et vert mais fort heureusement pour elle, ces moeurs ridicules n'étaient peut-être pas en vigueur en Pologne au début des années 50 ? ...
Le petit père des peuples régnait alors sur les pays de l'Est aidé en cela par une police qui tétanisait la population. Comme le territoire était en reconstruction, tout citoyen devait se débarrasser du peu d'or qu'il possédait. En dépit des risques encourus, certains eurent quelque peine à se défaire du métal précieux ... 
Sabine est ce que l'on nommait à l'époque " une vieille fille " elle vit dans un petit appartement en compagnie de sa mère et de sa grand-mère. Les deux femmes désespèrent de la voir un jour casée et organisent un défilé de prétendants.
Bien entendu, les tentatives échouent les unes après les autres. Or un soir, alors que Sabine rentre chez elle, deux hommes vont l'attaquer et seront mis en fuite par un passant. Ce nouveau Zorro n'aura aucune difficulté à être considéré comme celui qu'on attendait. Il est jeune, beau, athlétique, bref l'idéal ! Enfin ... apparemment. La mère compréhensive laissera les tourtereaux en tête-à-tête, ce qui se terminera de façon pour le moins cavalière sur la table du salon. Après cet épisode à la hussarde, l'homme va abattre ses cartes et notre amoureuse fera preuve ensuite d'un esprit de décision pour le moins surprenant.
Que faire du corps maintenant ? Il sera dissout à l'acide et là, Borys Lankosz ne s'embarrassera pas de nuances ... Bien entendu, un fils naîtra de cet épisode pour le moins sinistro-burlesque et en fin de film, la vieille dame qu'est devenue Sabine reverra celui qu'elle a tué sous les traits de celui qu'elle a mis au monde quelques dizaines d'années auparavant. L'humour pour le moins outrancier à notre esprit non slave nous laisse un peu interloqués puis on se dit que par son caractère atypique, le film valait quand même le déplacement.

tribulations.jpg


19:16 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.