Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2010

Génitrix de François Mauriac de l'Académie Française.

genitrix-2.jpg

Le livre de poche n° 1283

Bernard Grasset : 1923 -

 

Dieu du Ciel et surtout de la terre ... gardez nous des mères abusives !

Et quand on sait qu'en 1973 GENETRIX fut l'objet d'une dramatique télévisuelle avec Maria Mériko dans le rôle de Félicité ... ce pauvre Fernand joué par Michel Auclair devait se faire dévorer tout cru.

Comme toujours chez Mauriac on se marre chaque fois que l'on se brûle ... c'est d'une noirceur incroyable, les phrases sont courtes et font mouche tandis que les descriptions parviennent à réussir l'exploit de ne pas être ennuyeuses.

Face à un tel texte, le lecteur transformé en voyeur pénètre dans l'univers clos d'une famille répondant à des codes aujourd'hui périmés et on finit par reconnaître que, - " et bien oui, cela se passait parfois, (souvent même) comme cela ! "

Alors on cherche dans ses souvenirs pour retrouver l'image d'un grand garçon d'une pâleur maladive, flanqué d'une mère omniprésente qui confisquait la parole en société, interdisant à son rejeton toute initiative. Preuve que de telles situations ont bien existé. Inutile de remonter aux années 20 pour cela puisque le fait était encore en pratique 30 ou 40 ans plus tard ... L'enfant aux oreilles ouvertes comme des écoutilles enregistrait alors les commentaires adultes subodorant un possible inceste. Jamais François Mauriac ne serait allé jusque là évidemment, le voile pudique de la religion lui interdisant ce genre de commentaire.

La façon violente avec laquelle il rejettera le jeune garçon qui aurait pu prendre la place de la mère défunte a valeur de quasi aveu ... Car nous ne lisons plus les ouvrages de la même façon maintenant. La psychanalyse envahit les esprits et il faudrait que les auteurs soient lisses comme des galets pour passer au travers, ce qui ne saurait être garant d'un quelconque intérêt.
Une fois de plus, l'ambiance est éprouvante mais a valeur de catharsis.

16:17 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.